Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Section passagers SGMF-CGT - Page 4

  • ADRESSE AUX CANDIDATS DE LA LISTE SGMF-CGT DE VIKING CRUISES

    Collègues, camarades,

    L’élection d’une délégation syndicale au Comité Social et Économique de la société Viking Cruises pourrait sonner comme un grand évènement dans la vie de l’entreprise.

    Nous ne sommes pas sans droit. Nous avons des droits et nous allons les faire valoir.

    Par l’élection de notre délégation au CSE, un droit ouvrier historique s’impose à nos gouvernements et à nos employeurs. Ce droit, il a été conquis durant la grande grève avec occupation des usines en 1936 puis confirmé après la guerre de libération contre l’occupant nazi.

    L’existence du comité d’entreprise ou du CSE aujourd’hui consacre toujours la volonté de la classe organisée des salariés à s’emparer progressivement des prérogatives patronales pour se libérer de la division entre employés et employeurs, exploités et exploiteurs.

    Nous ne sommes pas des analphabètes juste bons à être dirigés comme des bêtes. Nous ne sommes pas des esclaves dont on pourra indéfiniment spolier le travail.

    La loi impose aujourd’hui à la direction de l’entreprise d’informer et de consulter le CSE sur de nombreux sujet.

    Le CSE a aussi pouvoir de diligenter des expertises avec les fonds qui lui sont alloués.

    Il dispose d’un droit d’alerte, peut saisir l’inspection du travail et ester en justice, il émet des voeux et donne des avis.

    La lutte de libération n’est pas terminée.

    Nous sommes un certain nombre à penser que les travailleurs et leurs délégués devraient s’emparer de l’ensemble des pouvoirs de décision de l’entreprise face aux actionnaires et autres parasites des hiérarchies bureaucratiques !

    Nous sommes un certain nombre à penser que la démocratie doit être économique et qu’il ne peut exister de démocratie sans démantèlement des monopoles de quelques minorités sur la richesse, la propriété et le pouvoir politique.

    Que l’ensemble de la gestion du travail et de la production puisse bientôt revenir aux travailleurs associés pour assurer le bien-être de tout un chacun, selon ses capacités et selon ses besoins !

    La perspective peut paraître lointaine. Mais n’est-ce pas cette possibilité qui doit inspirer l’action d’une délégation fidèle jusqu’au bout à nos aspirations profondes. Quel oiseau voudrait rester en sa cage ?

    La délégation que nous pouvons constituer exprimera, sans peur, la personnalité propre et indépendante des salariés face à l’employeur.

    Notre délégation portera les exigences des collègues et interviendra auprès d’eux pour les réunir et leur inspirer confiance dans leurs actions collectives.

    Avec les moyens légaux dont nous pouvons disposer, nous sommes d’office dotés de moyens importants pour changer le rapport de force sur les 7 bâtiments de la société et nous ériger en un véritable pouvoir autonome !

    Chacun des 11 titulaires, avec leur 11 suppléent, seront dotés de 22 heures de délégation par mois, soit un total de 242 heures, rémunérées comme des heures de travail, pour aller à la rencontre des collègues, les questionner sur leurs demandes concernant l’organisation et la charge de travail, l’hygiène ou la sécurité, pour se réunir, se former, communiquer les informations.

    En plus du travail d’enquête auprès de chacun individuellement, nous pouvons également réunir les collègues tous les mois, dans le cadre de nos réunions d’information syndicale. L’entreprise est tenue de mettre à la disposition de notre section syndicale un lieu de réunion à bord !

    Les salariés jusqu’alors subordonnés et soumis doivent devenir les travailleurs qui connaissent et expriment leur bon droit.

    Et pour se préparer à bien déchiffrer les informations financières et comptables, à découvrir les enjeux qui se cachent derrière les chiffres, pour assurer la bonne gestion du budget du CSE (0,2% de la masse salariale brute), les membres titulaires de la délégation et les trois membres de la commission santé, sécurité et condition de travail revendiqueront leur droit à une formation économique de 5 jours, formation payée par l’entreprise comme temps de travail et prise en charge par le CSE (frais d’inscription, de formation, de déplacement, d’hébergement, de repas).

    Collègues, camarades ! La tâche peut paraître rude au premier abord. Et c’est vrai qu’elle l’est aussi d’une certaine manière. Des qualités sont requises : volonté, persévérance.

    Mais si l’activité engagée en tant que membre de la délégation est inspirée par la soif de connaissance et d’ouverture, par l’amour de son prochain, par les valeurs de l’entraide et de la solidarité, alors la charge vous remplira de joie.

    Si la délégation tire le meilleur partie de ses heures de formation et de délégations, si elle crée l’émulation collective faite de rapports d’intelligence et d’amitié, elle participera pleine d’assurance aux réunions mensuelles du CSE.

    Avec la participation du grand nombre, sa confiance et son soutien, la pression collective s’exercera inévitablement pour que les choses bougent dans le bon sens et pour que le travail effectué nous remplisse d’une immense satisfaction ! 

  • ÉLECTIONS AU COMITÉ SOCIAL ET ÉCONOMIQUE -VIKING CRUISES-

    Collègues, Le 28 octobre prochain, les salariés de Viking Cruises sont invités à voter au premier tour des élections pour leurs délégués au Comité Social et Économique.

    La CGT et son organisation professionnelle le Syndicat Général de la Marine Fluviale vous propose de constituer et présenter une liste de candidats pour :

    -enquêter régulièrement auprès des collègues sur ce qui va et sur ce qui ne va pas

    -informer les collègues sur leurs droits

    -porter les demandes et revendications des collègues auprès de la direction

    -gérer le budget du CSE conformément aux propositions des collègues

    L’ensemble des salariés doit être représenté au CSE ! Personne ne doit être oublié ! Nous appelons donc les collègues de la partie nautique avec les matelots, les mécaniciens et les capitaines à présenter des candidats sur la liste syndicale !

    Nous appelons les collègues de la partie hôtellerie-restauration avec les collègues de la salle, de la cuisine ou du ménage à présenter leurs candidats à la délégation !

    Discutez-en entre vous dans chaque service !

    Vu l’existence de 7 bâtiments naviguant sur plusieurs bassins, le mieux sera que chaque équipe soit représentée sur la liste syndicale, avec au moins 1 délégué référent par bateau !

    En CDD ou en CDI, de nationalité française ou étrangère, si vous avez plus d’un an d’ancienneté, vous pouvez vous porter candidat, si vous avez plus de trois mois d’ancienneté dans l’entreprise, vous êtes électeurs !

    POUR AMÉLIORER LES CONDITIONS DE TRAVAIL DANS L’ENTREPRISE, POUR TENIR INFORMER NOS COLLÈGUES DE LEURS DROITS, POUR FAIRE VALOIR NOS DROITS EXISTANTS ET GAGNER DE NOUVEAUX DROITS, PARCE QUE NOUS AVONS BESOIN DE NOUS CONSTITUER EN UN COLLECTIF FORT ET SOLIDAIRE DANS L’ENTREPRISE, NOUS AVONS BESOIN D’UNE DÉLÉGATION SOLIDE ET DÉTERMINÉE !

    Nous avons jusqu’au lundi 21 octobre pour déposer notre liste de candidats !

    Contacte-nous au plus vite : 06 50 76 02 31 / sgmf-sp@live.fr

  • Nouvelle Commission Paritaire, scandal des propositions patronales

    Collègues, camarades,

    Nous faisons suite à la dernière commission paritaire du 16 octobre.

    Les propositions patronales les plus scandaleuses ont été encore une fois maintenues.

    -la possibilité de faire travailler les équipages 16 semaines consécutives sur les bateaux à cabine

    -la possibilité de nous faire travailler une moyenne de 60 heures par semaine pendant ces 16 semaines de travail consécutives!!!!

    -la possibilité ouverte aux armateurs « d’autoriser » les équipages à prendre 7 jours de repos à bord

    -la possibilité de faire travailler 31 jours consécutifs les équipages des bateaux d’excursion journalière

    Les armateurs persévèrent à soutenir des mesures qui entraîneront inévitablement des accidents, la maladie, le burn-out, la souffrance au travail, dans la famille et dans la vie.

    A cette dernière réunion de Commission, Droin, l’odieux Monsieur Conseil de CroisiEurope est resté en retrait. C’est Jean Pierre Rous, de la SOGESTRAN, qui a tenté de défendre l’indéfendable et qui fait mine d’attendre nos propositions !!!

    Devant le refus des délégations syndicales d’accepter le point sur les repos à bord qui est malicieusement pensé pour rendre impossible tout contrôle des inspections sur le temps de travail, les représentants patronaux se sont retirés… pour revenir sans rien de changer.

    Indignité capitaliste ! Honte à eux ! Honte à leurs défenseurs !

    Monsieur Rous, nous nous « arc-bouterons » effectivement sur la défense des intérêts salariés. Vos propositions sont inacceptables.

    L’avenir de nos entreprises doit s’accorder avec l’émancipation des travailleurs, pas avec le profit capitaliste et l’esclavage salarié.

    Le ton est monté. La tension n’est pas retombée. La partie patronale ne veut rien discuter. Ses représentants ne trouvent que dans le déni et le cynisme un refuge face aux professionnels qui livrent leurs témoignages.

    Pour conclure cette réunion, le message de vos deux délégués à l’adresse de la partie patronale a été très clair :

    Soit le Comité des Armateurs Fluviaux revoit sa copie d’ici la prochaine commission paritaire, soit la délégation du Syndicat Général de la Marine Fluviale quitte la négociation.