Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Section passagers SGMF-CGT

  • Opération nettoyage des berges de la Seine !

    Participez à l'initiative des Gilets jaunes d'Ivry-Vitry-Alfortville !

    Une grande opération "nettoyage des berges de la Seine" est prévue dimanche prochain, 

    13 janvier à 10.00, RDV devant l’école Lacore Moreau, 5 allée des jardins, bus 103, descendre au cimetière

    IMPORTANT : se munir de gants de travail et d’un ou plusieurs grands sacs plastiques si possible (et de son gilet jaune !)

     

  • NAO : + de 2,3% d’inflation en 2018

     

    La Commission Paritaire de la Navigation Intérieure se réunit ce jour dans le cadre des Négociations annuelles obligatoires.

    Quelles augmentations sommes-nous en droit d’exiger, au minimum ?

    Si nous nous basons sur l’inflation de cette dernière année, il faut exiger 2,3% d’augmentation au titre de l’augmentation subie au cours de l’année. (statistiques de l’INSEE)

    Si cette augmentation de 2,3% de nos salaires était concédée par les représentants patronaux, nous en contenterions-nous ?

    Certainement pas !

    Pourquoi ? Mais parce que l’augmentation du coût de la vie a déjà été subie pendant un an, les 2,3% d’augmentation de nos salaires représenteraient un simple rattrapage pour l’année suivante.

    Mais à combien s’élèvera l’inflation l’année prochaine ? 

    Ne devons-nous donc pas anticiper dans nos demandes, l’inflation de l’année 2019 ? C’est l’évidence.

    Si nous considérons que l’inflation de l’année 2019 correspondra à celle de l’année 2018, nous devons exiger 4,6% d’augmentation, à valoir sur nos prochains salaires de janvier.

    La réponse patronale ? On s’en doute !

    Le patronat n’acceptera jamais une telle augmentation à l’échelle de la branche. Le premier intérêt de nos armateurs et d’augmenter leurs profits, pas les salaires des navigants !

    Et à l’échelle de la branche, nous ne sommes pas encore assez unis et solidaires.

    Et si nous ne pouvons pas menacer sérieusement de grève, le patronat rigole !

    Mais dans toutes les entreprises où nos sections sont présentes, où des collectifs solidaires existent, montons au créneau ! Exigeons des augmentations sérieuses de nos salaires.

    Exigeons l'échelle mobile des salaires par rapport à l'inflation ! Exigeons le rattrapage de nos salaires sur les 10 dernières années, période pendant laquelle nous avons perdu 400 euros de revenu disponible !

    Et corrigeons les inégalités salariales ! Que le salaire permette à tout un chacun de vivre correctement de son travail.

     

  • Tous en manifestation à Paris samedi prochain !

    Collègues ! Camarades !

    Les annonces de Macron satisferont-elles les gilets jaunes ? Les annonces de Macron vous satisfont-elles ? 

    Macron annule la hausse de la CSG pour une partie des retraités. C’est avec quelques euros que nos vieux et nos vieilles sortiront de la misère ?

    Qu’est ce que c’est que cette augmentation de 100 euros qui ne doit pas coûter 1 euro aux employeurs ? 

    Ce qu’on va donner en prime d’activité sera pris en impôts à la source, en taxes, en remboursement des intérêts de la dette pour remplir les caisses des actionnaires des banques !

    Cela signifie en toute logique que ce qui nous est pris d’une main nous est pris de l’autre! Les capitalistes peuvent continuer à vivre au-dessus de nos moyens ! 

    L’ISF n’est pas rétabli.

    Macron parle de défiscaliser les heures supplémentaires et nous en connaissons les conséquences. Au lieu de partager le travail, la défiscalisation des heures sup participe à réduire le nombre de travailleurs occupés. Tout en vidant les caisses retraite, sécurité sociale et chômage.

    Plus de chômeurs, c’est plus de personnes à indemniser. La défiscalisation, ce n’est pas la solution.

    La prime de fin d’année demandée aux employeurs ? Mais c’est une blague ?

    Les employeurs cherchent à nous écraser autant qu’ils le peuvent, tant que nous n’avons pas le rapport de force dans l’entreprise, tant que nous ne sommes pas capables d’arrêter le travail par la grève et d’imposer nos propres exigences.

    Nous ne sommes pas satisfaits ! Le mouvement des gilets jaunes va continuer.

    Nous voulons un changement profond dans l’organisation du travail et de la production.

    Nous voulons un changement profond de notre république.

     

    Nous voulons et nous répétons :

    -nous voulons l’augmentation des salaires, des retraites et des allocations aux personnes handicapées et en longue maladie

    -nous voulons le partage égalitaire des richesses sociales, par le plafonnement des revenus, par le blocage des dividendes, par la fin de l’actionnariat et la fin de la propriété capitaliste et autorise l’exploitation des uns par les autres

    -nous voulons l’embauche des chômeurs dans les services utiles aux populations, dans les services de santé, dans l’éducation et la formation professionnelle, dans l’agriculture biologique …

    -nous voulons la répartition du temps de travail pour travailler tous et moins

    -nous voulons en finir avec la production inutile et toxique, qui emploie des millions de personnes aux seules fins d’accumuler des profits en répandant la guerre, le cancer et la désolation sur toute notre planète

    -nous voulons le droit de révoquer nos élus et nous voulons que les élus soient responsables devant nous, tenus de respecter les objectifs pour lesquels ils ont été élus, nous voulons le mandat impératif

    -nous voulons que le peuple se représente lui même, nous voulons la fin de cette démocratie représentative qui est une dictature déguisée. Nous voulons exercer nos droits de citoyen par notre participation active à la gestion de nos entreprises et de nos villes

    -nous voulons une Révolution !

    Tous à la manifestation samedi !