Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Section passagers SGMF-CGT

  • COLLÈGUES, AVEC VOUS !

    Nous sommes attendus dans la lutte ! Nous avons notre part de responsabilité dans la réussite du mouvement ou dans sa défaite.

    La majorité des transports est paralysée, et nous devrions encore faire l’animation de nos villes comme si la lutte engagée partout en France devait épargner les fêtards et les élites des centres politiques et administratifs de nos villes ? Ce n’est pas acceptable !

    À Paris, nous sommes à une portée de revolver de l’Assemblée nationale. Nous devinons l’Élysée derrière le Grand Palais ! À équidistance, nous avons la rue Saint-Florentin et le siège du Comité des Armateurs Fluviaux ! N’est ce pas là exactement que nous devrions mettre à couple nos bâtiments pour envoyer le signal le plus fort au gouvernement et ses alliés.

    Nos armateurs sont derrière le gouvernement et sa réforme. Et si nous nous trompons, que les armateurs qui s’opposent au gouvernement et à l’actuelle réforme des retraites, que les armateurs qui sont favorables à un régime de solidarité se désignent et en informent immédiatement notre syndicat ! Nous les inviterons à soutenir les caisses de solidarité et les caisses de grève du mouvement (tél : 06 50 76 02 31) !

    À ce que nous en jugeons tous les jours, et à chaque évènement, le patronat est le plus fidel soutien à toutes les politiques de casse sociale et de baisse des cotisations sociales pour affaiblir le régime de solidarité hérité de l’après-guerre. Le mouvement ouvrier et révolutionnaire a été trop affaibli ces dernières décennies pour faire l’éducation sociale et civique des dernières générations bourgeoises ! C’est la racaille. Celle-là fixe les lois, conduit les juges, dirige la police.

    Nous devons arrêter la navigation ! Nous devons mettre un terme aux fêtes d’entreprises de cette fin d’année et aux anniversaires à paillette. Nos clients n’y sont pour rien ? Peut-être. Mais que fait-on pour résister ? Une insurrection armée ? Elle n’est pas vraiment encore à l’ordre du jour. Pour le moment, la meilleure chose que nous ayons à faire, c’est d’arrêter le travail, c’est de faire une grande assemblée du personnel navigant, par bassin, et à Paris, puisque 50% de l’activité fluviale y est concentrée.

    Le moment n’est plus à la croisière s’amuse. Le temps est au combat.

    Dans chacune de nos entreprises, rassemblons-nous en assemblée générale !

    Déclarons-nous en grève, prenons le temps de nos réunions pour échanger sur la réforme et sur les actions possibles à mettre en place.

    La grève, c’est en premier pour nous organiser et se consulter !

    Et c’est encore un droit. Il faut que nous en usions !

    Qu’allons-nous jeter sous les sapins de Noël des jeunes générations ?

    1-QUI PARTICIPERAS À LA PROCHAINE ASSEMBLÉE DE MOBILISATION ?

    2-QUI RÉPONDRA D’ORES ET DÉJÀ PRÉSENT AU PROCHAIN APPEL À LA GRÈVE PARMI NOS COLLÈGUES ?

    FAITES-NOUS REMONTER LES INFORMATIONS !

    CONTACTE LE SECRÉTARIAT DU SYNDICAT !

    06 50 76 02 31 /  sgmf-sp@live.fr

  • LE MOUVEMENT PREND DE L’AMPLEUR !

    La mobilisation du 17 décembre a été un succès incontestable, avec plus d’un million et demi de manifestants dans toute la France.

    Cette fois-ci encore, ce sont les secteurs du public qui ont été aux avant-postes; les personnels des transports RATP et SNCF, l’Éducation, la Santé, le personnel navigant d’Air France... Plus seulement. Les raffineurs s’engagent, les routiers multiplient les blocages pour l’instauration d’un 13e mois et le maintien de leur congé d’activité.

    Quelle part allons-nous prendre au mouvement ?!

    Nous n’engageons pas la lutte pour maintenir des privilèges à quelques-uns ! C’est tout le contraire !

    Il faut mener bataille pour défendre le droit à la retraite du peuple travailleur contre les privilèges de l’actionnariat et du patronat, ces capitalistes qui se gavent du profit tiré de notre travail.

    Depuis X années, le patronat tire vers le bas les salaires ! Depuis X années, le patronat use de tous les stratagèmes pour ne pas payer le salaire socialisé, c’est-à-dire les cotisations sociales dites salariales ou patronales. La droite et la gauche exonèrent le paiement des cotisations sociales et minent par cette politique les caisses de la sécurité sociale.

    Maintenant les oligarchies milliardaires et financières qui dictent leur feuille de route à Macron et sa bande veulent écraser la nation prolétaire en liquidant la retraite par répartition et nous imposer de nouveaux prélèvements sur notre salaire net pour financer des fonds de pension dédiés à la spéculation. Au moindre retournement de conjoncture économique ou financière, les administrateurs des intérêts capitalistes de ces assurances n’hésiteront pas à nous ruiner et à faire disparaître notre épargne au profit de leurs actionnaires principaux !

    REFUSONS CE RACKET ORGANISÉ PAR L’OLIGARCHIE ET SES SERVITEURS ÉTATIQUES !

    NOUS POUVONS LEUR RÉPONDRE : OU BIEN LES ENTREPRISES PAIENT LE SALAIRE NET + LES COTISATIONS SOCIALES DUES POUR ASSURER LE FINANCEMENT DE L’INTÉGRALITÉ DE NOS PENSIONS ET DE NOS SOINS DE SANTÉ, OU BIEN NOUS ARRÊTONS LE TRAVAIL. NOUS NE TRAVAILLONS PLUS DANS CES CONDITIONS IMPOSÉES !

    ET NOUS POURRIONS DIRE ÉGALEMENT : OU BIEN LE MOUVEMENT DE GRÈVE RÉUSSIT À FAIRE PLIER LE POUVOIR, OU BIEN NOUS FAISONS SECESSION ET NOUS NOUS NE PAYONS PLUS 1 EUROS À DES CAISSES DONT NOUS AVONS PERDU LA GESTION,

    NOUS EXIGEONS DE NOS EMPLOYEURS LE VERSEMENT SUR NOTRE NET DE L’ENSEMBLE DE LA PART DES COTISATIONS SOCIALES DUES ET NOUS NOUS CHARGERONS DE CONSTITUER DES CAISSES D’ASSURANCE GÉRÉES À 100% PAR LES TRAVAILLEURS ET LEURS DÉLÉGATIONS PROFESSIONNELLES.

    L’ÉTAT OFFRE NOS COTISATIONS SOCIALES AUX ENTREPRISES ET VEUT NOUS OBLIGER À PAYER SUR NOTRE NET LES ASSURANCES SANTÉ ET RETRAITES ! NOUS DISONS NON !

  • En manifestation mardi 17 décembre !

    Non au hold-up de la Finance sur nos retraites !

    Il n'y a pas de question budgétaire. C'est une question d'intérêt ! Les banques et les assurances veulent s'approprier une nouvelle partie de nos salaires.

    Non à la baisse du niveau de nos pensions !

    Avec le calcul des pensions sur toute la carrière et plus sur les 25 meilleures années, sans compter l'arbitraire du système à points, c'est la misère qui attend nos familles.

    À bas Macron et son gouvernement !

    Les oligarchies nous précipitent vers une nouvelle crise financière. Ils veulent jouer notre future épargne en spéculation pour nous dépouiller!

    Collèges, camarades ! Engageons-nous dans la lutte ! 

    Non à la retraite au cimetière ! Et pour les métiers pénibles, et pour nous les travailleurs de nuit, réduction de notre temps de travail ! Droit à la retraite anticipée !

    Droit à la retraite à 60 ans pour toutes et tous !

    Égalité des pensions !

    Gestion par nos délégués seuls de toutes les caisses sociales !

    Mardi 17 décembre, en manifestation !

    Qui part en grève?

    Rdv Parisien avec les collègues du syndicat, 12.30,
    Place de la République, face à L'Indiana (angle de la place et du boulevard du Temple)