Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Section passagers SGMF-CGT

  • GRÈVE GÉNÉRALE, EN MANIFESTATION LE 5 FÉVRIER !

     

    Collègues, camarades !

    Depuis bientôt trois mois, le mouvement des Gilets jaunes tient bon. Malgré la répression, les milliers d’arrestations, les centaines de blessés, les gardes à vue, malgré les mensonges, les calomnies et les menaces des Macron, Castaner et des Ferry, les manifestations se succèdent toutes les semaines dans toutes les villes de France.

    Et un certain nombre de collègues participent au mouvement. La marine fluviale est bien représentée sur les ronds-points.

    Mais pour faire céder le gouvernement, il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin.

    Le gouvernement se fiche toujours littéralement de la gueule du peuple.

    Les prix de centaines de produits alimentaires vont bientôt bondir de 8% et le prix de l’électricité doit augmenter.

    Alors que l’attente pour se faire soigner met nos vies en péril, que l’ensemble des services publics utiles manque de personnel, Macron tient toujours le cap de ses 120 000 suppressions de postes dans la fonction publique. La privatisation d’Aéroport de Paris est en marche, vaste opération de racket du contribuable au bénéfice des gros actionnaires.

    Le gouvernement engage une nouvelle réforme des retraites qui prévoit de repousser l’âge de départ à la retraite à taux plein à 63 ans. La réforme de l’assurance chômage qui prévoit son étatisation doit permettre d’abaisser encore le régime d’indemnisation des chômeurs.

    C’est le niveau de vie de toute la classe salariée qui va se dégrader.

    Avec la mesure de défiscalisation des heures supplémentaires qui était présentée comme une concession au mouvement des gilets jaunes, le gouvernement encourage encore le recours aux heures supplémentaires dans les entreprises aux dépens des embauches. C’est le chômage qui augmentera donc.

    La conséquence : le chantage à l’emploi. La tendance à la baisse des salaires. (« si tu n’es pas content, va voir ailleurs !) L’allongement du temps de travail pour pallier à la baisse des salaires. Et toujours plus de chômage… Notre paupérisation au profit des actionnaires, des patrons, de ceux qui détiennent le capital, le capital qui représente la marque du Pouvoir d’exploiter son prochain.

    Le gouvernement actuel fait la politique des capitalistes et c’est en vertu de cette politique de mort qu’il faut le faire tomber.

    L’illégitimité du pouvoir gouvernemental se fonde sur l’illégitimité du pouvoir patronal.

    C’est pourquoi la lutte pour le soulèvement de rue contre le pouvoir d’État et la lutte dans les entreprises contre les autocraties capitalistes dans chacune de nos entreprises est une seule et même lutte.

    C’est pourquoi il faut préparer la grève dans nos entreprises sur nos exigences :

    -L’augmentation des salaires par le blocage des dividendes et le plafonnement des gros salaires des cadres et directeurs,

    -l’embauche des collègues sans emploi par la baisse radicale du temps de travail

    -la démocratie dans l’entreprise par l’autogestion généralisée de toutes les entreprises, branches et secteurs de l’économie, l’élection de conseils de gestion constitués de délégués mandatés et révocables par nos assemblées

    Nous ferons plier le pouvoir d’État en même temps que nous gagnerons les capacités concrètes de faire plier les patrons. L’un ne va pas sans l’autre.

    DONC, TOUTES ET TOUS EN GRÈVE LE 5 FÉVRIER !

    ASSEMBLONS-NOUS SUR NOS LIEUX DE TRAVAIL !

    DÉFINISSONS NOS EXIGENCES ! OCCUPONS NOS LIEUX DE TRAVAIL !

    -Arrêt de la répression policière - NON à la loi « anticasseurs »

    -Hausse immédiate du SMIC à 1800 euros

    -Augmentation générale des salaires et des pensions

    -Revalorisation du point d'indice pour les fonctionnaires

    -Réindexation des salaires, des pensions et des retraites sur le coût de la vie

    -Développement de tous les services publics sur tous les territoires

    -Retour à la retraite à 60 ans et abandon de toute réforme de retraite par points

    -Abandon de toutes les réformes concernant les lycéens et les étudiants dont l'augmentation des frais d'inscription pour les étudiants étrangers hors UE

    -Abrogation des réformes qui détricotent le droit du travail et la protection des salariés (Lois « Rebsamen », « El Khomri », ordonnances « Macron »...)

     

     

     

     

  • Compte-rendu de la commission paritaire du 17 janvier

    Collègues, camarades,

     

    Une nouvelle réunion de la Commission paritaire de la navigation intérieure s’est tenue le 17 janvier dernier.

    Nous résumerons la réunion ainsi :

    -Les représentants du Comité des Armateurs Fluviaux n’ont pas de mandat pour accepter une hausse supérieure à 1,9% des salaires, soit le taux officiel et général de l’inflation

    -Dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle, les Organismes Paritaires Collecteurs Agréés (OPCA) qui avait pour mission de collecter et de mutualiser les fonds dédiés à la formation continue des salariés, sont remplacés par des Opérateurs de compétences (OPCO). Dorénavant, c’est l’URSAAF qui se charge de la récolte des fonds dédiés à la formation. Le CAF a annoncé son choix de désigner l’OPCO mobilité comme organisme de la branche

    -Conformément à une disposition légale, et après examen des comptes du Centre de Formation d’Apprentis de la Navigation Intérieure, il a été présenté et transmis le niveau de prise en charge du contrat d’apprentissage à 15 186,37 euros pour le diplôme du Bac professionnel transport fluvial et à 10 124,25 euros pour le diplôme du CAP transport fluvial

    Au sujet de l’accord relatif à la classification du personnel sédentaire, le projet patronal est directement inspiré des modalités de classification des conventions maritimes. Chaque poste de travail est classé selon 7 critères :

    -le domaine d’action

    -l’influence sur le domaine d’action

    -l’autonomie d’action

    -les savoirs et savoir-faire

    -le savoir-être

    -l’animation et/ou encadrement

    -les exigences et contraintes

    Puis « pour chaque critère, cinq niveaux permettent de peser le poste selon l’importance du critère dans la tenue normale du poste. À chaque niveau de critère est attribué un nombre de points de façon non linéaire et différente pour chaque critère afin de tenir compte de sa valeur relative dans l’ensemble de l’évaluation »… Tout ce foutu bordel avant de classer encore les postes dans une échelle hiérarchique constituée de 3 catégorie professionnelle.

    Pour résumer, nous comprendrons très bien l’usage que les employeurs peuvent faire de ce type de classification : réduire les salaires pour tout le monde ! Nous comprendrons également très bien l’usage que la hiérarchie patronale peut faire de tout cet appareillage de mesure : se donner de l’importance et justifier des postes inutiles de contrôleurs et de juges !

    Aussi, dans le cadre des négociations sur la nouvelle convention collective, il a été nécessaire de rappeler aux représentants patronaux :

    -que ce n’est en aucun cas sur la base du volontariat que les entreprises choisissent la convention de leurs salariés, mais que le choix de la convention collective est déterminé par l’activité principale desdites entreprises

    -que concernant les durées d’indemnisation des salariés suite à un arrêt de travail, il était tout proprement illégal d’exclure de l’indemnisation les salariés en arrêt suite à un accident de trajet, que les accidents de trajet aller et retour du lieu de travail sont des accidents de travail et doivent être indemnisés à ce titre

    Le représentant de la compagnie CroisiEurope est reparti à la charge sur le forfait jour en réunion. Nous nous économiserons ici la peine de démêler l’embrouille de son nouvel argumentaire.

    Bien sûr, ce petit Macron qui insiste systématiquement pour contrarier les dispositions légales concernant les maximums horaires autorisés, n’a pu s’empêcher de commenter une fois encore: « Pendant que les travailleurs sont embarqués, autant qu’ils travaillent ! ».

    Votre délégation a préféré ne pas relever la provocation en séance.

    En dernier, nous noterons qu’il nous avait suffi, lors de précédentes commissions, de faire référence aux dispositions prévues par le code des transports pour calmer les délires patronaux concernant les maximums horaires, pour que nos armateurs découvrent le Code des transports et souhaitent aligner sur lui seul notre convention.

    Vu les nombreuses dérogations qu’autorise le Code du travail, vu les velléités patronales d’exploiter les travailleurs sans aucune limite,

    alors les dispositions prévues par le code des transports peuvent représenter une bouée de sauvetage dans toutes les entreprises où notre syndicat n’a pas de base combative.

    Reste à ce que les dispositions les plus favorables à la protection des travailleurs et à la sécurité des passagers apparaissent clairement dans la convention de branche.

    Mais reste surtout à nous manifester collectivement dans le but d’obtenir une convention collective un peu plus favorable qu’une convention alignée sur les dispositions d’ordre public !

     

     

  • Appel du Port de Morville

    Nous reproduisons ci-près l'appel du Port de Morville aux groupes et assemblées de Gilets jaunes, pour l’Assemblée des assemblées de Commercy les 26 et 27 janvier 2019 où se réunirons des délégations de toute la France.

    Des revendications à notre adresse !

    -Nos revendications ne s’adressent ni à Macron dont nous visons la destitution, ni aux membres du gouvernement ou aux députés de l’Assemblée nationale qui sont les représentants d’intérêts contraires à ceux du peuple exploité

    -Nous revendiquons une plateforme qui permettra de traduire dans les faits la devise Liberté, Égalité, Fraternité, et nous nous adressons au peuple qui, par sa mobilisation effective, est seul capable de conquérir pour lui ses nouveaux droits

    -Nous appelons au soulèvement des salariés, des retraités, chômeurs, et à toute la jeunesse du peuple opprimé des villes et les campagnes, au sein des entreprises et sur chaque zone d’habitation

    -Nous appelons les travailleurs et habitants à satisfaire leurs revendications par eux-mêmes, en formant leurs nouvelles institutions de démocratie directe et en triomphant de l’État, des oligarchies capitalistes, de toute la bourgeoisie exploiteuse et privilégiée

    Notre libération réelle, complète et définitive

    Considérant :

    -que le pouvoir actuel reste sourd à nos exigences, et qu’en défendant les intérêts des plus riches, il devient illégitime aux yeux de la majorité

    -que les institutions représentatives interdisent la plus large participation des personnes intéressées aux prises de décision

    -que l’insécurité matérielle qui est imposée au simple salarié ou au travailleur indépendant nous interdit de dégager le temps et la disponibilité pour exercer nos libertés

    -que la puissance financière acquise par les grandes fortunes capitalistes permet à une minorité de contrôler les principaux partis, de domestiquer les syndicats, d’imposer la ligne éditoriale aux médias et ainsi de déterminer l’issue de chaque élection au suffrage universel

    Alors notre mouvement vise :

    -la dissolution des instances légales et illégitimes actuelles et la constitution d’une nouvelle république

    -à arracher la puissance aux oligarchies en se réappropriant leur patrimoine qui est celui du peuple et d’aucun en particulier

    -à placer sous gestion directe et collective des travailleurs, usagers et consommateurs associés l’ensemble de l’activité industrielle, des médias, des services publics, du secteur bancaire...

    -la réorganisation du travail, de la production en vue de satisfaire les besoins populaires et en vue d’offrir les conditions d’existence qui permettront l’exercice de la citoyenneté à toutes et à tous et à chacune et à chacun de s’épanouir le plus complètement possible

    -la constitution d’une nouvelle république autour de nos assemblées réunies par territoire et par secteur d’activité économique

    S’organiser pour développer nos capacités

    En vue de triompher, nous appelons :

    -à nous assembler régulièrement par zone d’habitation et par zone d’activité

    -à compter sur nos propres capacités collectives pour satisfaire nos revendications

    -à chercher à traduire dans l’action immédiate les objectifs généraux que nous nous sommes fixés

    -à nous coordonner à l’échelle régionale et nationale pour élargir et amplifier nos actions directes

    -à faire valoir les décisions de nos assemblées auprès des parties intéressées

    -à faire valoir en tout domaine et par tous les moyens adéquats la nouvelle légitimité de notre pouvoir autonome face aux institutions illégitimes, aux classes exploiteuses et à leurs forces de répression

    -à désigner toujours des délégués sur la base de mandats impératifs, et quel qu’en soit le mode de désignation

    -à ce que chaque assemblée s’assure du droit de révocabilité permanent des délégations et à tous les niveaux